Eco-quartiers.fr - Actualité : Dossier LaRevueDurable sur les écoquartiers :

"Des aspirations individuelles à l'intérêt collectif". Le dernier dossier de LaRevueDurable, très riche et très complet, dresse un bilan des intérêts et des...

FOCUS

Les cas du mois :

Dossier LaRevueDurable sur les écoquartiers :

[04.05.2012]Une_LaRevueDurable

"Des aspirations individuelles à l'intérêt collectif". Le dernier dossier de LaRevueDurable, très riche et très complet, dresse un bilan des intérêts et des possibilités de ces quartiers durables. Vous pouvez parcourir le sommaire détaillé ci-dessous, mais nous vous invitons à entrer dans le détail du dossier. D'autant plus qu'Inddigo et eco-quartiers.fr sont cités, le premier en tant que bureau d'études qui mène une expérience de "démocratie implicative" pour le projet d'écoquartier Trémonteix à Clermont-Ferrand et le deuxième en tant qu'espace d'échange de référence sur les écoquartiers. Bonne lecture !

Présentation du dossier par LaRevueDurable :

En 2008, lorsque paraît le premier dossier de LaRevueDurable sur les écoquartiers, le sujet ressemble à une friche ferroviaire ou brassicole. Quatre ans plus tard, la friche est un vieux souvenir. Les écoquartiers ou quartiers durables donnent lieu à un vaste et ambitieux chantier qui mobilise professionnels du bâti, élus, administrations publiques et conseillers techniques à tous les étages du territoire, un secteur associatif très présent et des particuliers qui servent leurs intérêts tout en faisant œuvre d'utilité publique.

En Suisse, les populations ont tendance à revenir en ville. En France, des initiatives sont prises pour les convaincre de faire de même. L'écoquartier ou quartier durable est un moyen d'encourager et de renforcer ce mouvement de fond. L'un des partis pris qui le sous-tend est le suivant : aussi artificiel soit-il, le milieu urbains peut et doit être à la fois plus agréable à vivre qu'il ne l'est aujourd'hui tout en étant vecteur de durabilité.

Au bilan, à ce stade encore précoce et très provisoire de leur histoire, les écoquartiers apportent une contribution à l'amélioration des standards énergétiques de l'environnement construit, à l'augmentation de la densité urbaine de manière compatible avec un accroissement de la qualité de vie, à un travail de fond pour favoriser la mobilité douce. Ils sont aussi un tremplin pour la réappropriation du monde de la construction via l'habitat participatif ou groupé, et vecteurs de requalification du tissu urbain.


Sommaire :

1. Indicateurs : situation des écoquartiers en France et en Suisse
LRD


2. Faire des écoquartiers des lieux propices à l'expression de la citoyenneté
LRD


3. Vauban : quand un repaire d'écolos-bobos fait rayonner l'écologie urbaine
Interview de Jürgen Hartwig (architecte-urbaniste, fondateur de Freiburg Futour à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne)

Vauban, illustre architecte des fortifications, a donné son nom à la caserne installée sur un site de 42 hectares à 2,5 kilomètres du centre de Fribourg-en-Brisgau. Lorsqu'en 1992, les troupes françaises d'occupation quittent les lieux, des citoyens très motivés et très bien organisés saisissent l'opportunité en or de la soudaine disponibilité de ce terrain en pleine ville pour en faire un lieu d'expérimentation sociale et écologique.

Ce quartier étonnant sort de terre à partir de 1998. Depuis, l'association Freiburg Futour emmène chaque année des milliers de visiteurs, élus, associatifs, professionnels faire le tour du propriétaire pour leur dévoiler les arcanes des premières parties du quartier Vauban, qui font la gloire internationale de cette cité en lisière de la Forêt-Noire, mais qui n'a malheureusement pas réussi à s'étendre au-delà du site historique.

Ce Vauban historique a même ses détracteurs. Au motif principal que sa population très/trop homogène vivrait repliée sur elle-même. C'est pourtant un haut lieu d'idées novatrices ouvert sur la ville et la société. En attestent les propos de Jürgen Hartwig, fondateur de Freiburg Futour..


4. Les friches urbaines, lieux privilégiés pour créer des quartiers durables
Emmanuel Rey (associé du bureau Bauart Architectes et Urbanistes SA, à Berne-Neuchâtel-Zürich, et professeur au Laboratoire d'architecture et technologies durables (LAST) de l'Ecole polytechnique fédérale (EPFL) de Lausanne, en Suisse)

Les évolutions logistiques qui caractérisent les villes européennes en pleine mutation industrielle conduisent à abandonner de nombreux terrains au cœur des villes. Dans une optique de durabilité de l'environnement construit, ces sites sont prioritaires pour limiter l'étalement urbain et représentent des opportunités stratégiques pour construire de nouveaux quartiers qui intègrent de manière créative les différentes dimensions de la durabilité.


5. Que sont devenues les associations pionnières des écoquartiers ?
LRD

A partir du milieu des années 2000, quelques associations pionnières font connaître les écoquartiers d'Europe du Nord en Europe francophone (LaRevueDurable, 2008). Maintenant que cette cause se popularise, où en sont-elles ?


6. L'écoquartier De Bonne pave le voie de la performance énergétique
LRD

Le quartier de Bonne, à Grenoble, a réalisé une première probablement mondiale sur un plan fondamental : le suivi très serré de ses performances énergétiques. De ce point de vue, il rend un immense service à la communauté des acteurs de la ville qui, loin de se contenter d'un simple affichage, visent l'excellence en matière d'économies d'énergie dans les bâtiments et les infrastructures.


7. Vers un urbanisme qui comprend les modes de vie et en tient compte
Luca Pattaroni et Marie-Paule Thomaso (chercheurs au Laboratoire de sociologie urbaine (Lasur) de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de Lausanne, en Suisse) et Vincent Kaufmann (directeur du Lasur)

Si l'on veut rendre les villes plus durables, il faut réussir à les organiser de telle sorte qu'elles puissent à la fois répondre aux aspirations des familles - pour les retenir de fuir vers les zones pavillonnaires moins denses - et les tirer vers des modes de vie plus écologiques. Or, toutes les familles n'ont pas les mêmes envies ni besoins en termes d'habitat ni les mêmes modes de vie. Un urbanisme durable doit donc être capable d'accueillir cette diversité de façon optimale.


8. L'habitat participatif explose en Allemagne
Elsa Gheziel-Neumann (habite à Vauban, à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, où elle travaille en indépendante sur les thématiques ville durable et énergies renouvelables)

En France, on parle d'habitat « participatif » ou « groupé ». En Suisse, de « coopératives d'habitants ». En Allemagne, berceau de cette innovation sociétale, le terme consacré est « autopromotion ». Toutes ces expressions désignent un seul et même phénomène : la façon dont des individus se regroupent afin de concevoir ensemble leur logement et les parties communes du bâtiment où ils vivront. Les avantages de cette méthode collective pour créer son milieu de vie sont multiples, aussi bien pour les autopromoteurs que pour les villes qui leur facilitent la tâche.


9. L'habitat participatif s'invite dans les écoquartiers
LRD

A la faveur des écoquartiers, la coopérative d'habitants la Codha passe à la vitesse supérieure en Suisse. En France, les écoquartiers servent d'incubateur à l'habitat participatif ou groupé, mode d'habiter qui enraye la spéculation foncière et immobilière, et produit des villes plus conviviales, plus écologiques, plus coopératives. Bref, plus en phase avec les défis du jour.


10. La participation peine à se frayer une place dans les écoquartiers
LRD

La participation des futurs habitants à la conception de leur quartier fait émerger une architecture qui leur est mieux adaptée, crée une forte identification au lieu vectrice d'engagement, confère un rôle plus valorisant que de se faire expliquer comment ouvrir les fenêtres ou régler le chauffage dans un appartement équipé d'écotechnologies dernier cri. Mieux encore, la participation fait émerger des solutions collectives qui tirent l'ensemble de l'espace urbain et de ses usagers vers la durabilité. Problème : même dans les écoquartiers, cette participation aux multiples vertus est très peu mise en pratique.


11. Ecoquartiers en France et quartiers durables en Suisse vers un label
LRD

Ecoquartiers en France, quartiers durables en Suisse : la question se pose de savoir ce que ces termes recouvrent, où s'arrête la frontière, où commence l'imposture. Comment assurer la qualité des opérations qui revendiquent cette terminologie tout en laissant ouvert le champ des possibles aux parties prenantes ? Les autorités françaises et suisses se penchent sur les réponses les plus satisfaisantes à apporter à ces questions délicates.


12. Les quartiers durables inventent d'autres manières de faire la ville
LRD

Les écoquartiers font l'objet d'attaques récurrentes : ce seraient de vulgaires opérations vitrines ou d'inutiles nids à bourgeois bohèmes. Il est pourtant un fait que ce sont des lieux où s'expérimentent des manières plus durables de bâtir la ville. Au pire, ils se limitent à faire avancer les techniques du bâtiment et les normes énergétiques en vigueur. Au mieux, ils explorent collectivement les moyens de créer un urbanisme à la fois dense et où il fait bon vivre.


13. Guide
LRD


Retrouvez le sommaire complet du numéro 45 de LaRevueDurable

ACTU

Le maraicher du coin, sur les toits de Paris ?
[17.04.2014]

Le XIVe arrondissement de Paris pourrait bientôt accueillir une ferme. Mais où ? Sur les toits pardi ! Dans un article de l'Express, c'est...

toutes les actualités
Abonnement aux flus rss des actualités